Le monde des Fables

 

S’intéresser aux fables de La Fontaine c’est instiguer discrètement des notions de solidarité aux jeunes. C’est leur apprendre à regarder au-delà des caricatures, c’est tout simplement éduquer leur regard et s’intéresser aux autres.

 

NOTES D’intention

Le contexte

Tout commence par une prise de conscience de Jean de la Fontaine que les histoires qu’il a créées ne sont plus dans l’état dans lequel ils les a laissées. Comment cela se fait-il ? Il semble qu’un filou, l’un des animaux des fables, ait pris plaisir à tout mélanger, à tout confondre et tout mixer. A tel point que les autres animaux s’en trouvent déboussolés. Bref, rien ne va plus ! Mais il y a plus grave encore car, de cette mauvaise blague, il en ressort que la mémoire du monde des fables s’altère et si rien n’est rétabli avant peu, c’est le monde des fables en entier qui risque de verser dans l’oubli. Que faire ?

C’est alors que Jean de la Fontaine a l’idée de faire appel aux vivants. Car lui, qui est mort, ne peut entrer dans le monde des fables, seuls les vivants le peuvent. Aussi la Fontaine confie aux enfants une double mission : trouver le coupable de cette mauvaise blague pour l’empêcher de nuire et remettre le monde des fables à l’endroit. Comment faire ?

NOTES D’intention

LE foND

S’intéresser aux fables de La Fontaine c’est instiguer discrètement des notions de solidarité aux jeunes. C’est leur apprendre à regarder au-delà des caricatures, c’est tout simplement éduquer leur regard et s’intéresser aux autres.

La majorité des contes passent en effet par le filtre de l’animal. L’animal y est porteur de valeur morale. Il stimule l’imaginaire des enfants tout en préservant une distance. Par les enfants, ce sont les parents que nous voulons aussi atteindre.
L’animal, en tant que personnage, véhicule des valeurs et des aventures. Il provoque l’empathie de l’enfant, tout en installant une distance par rapport à ce qui arrive au protagoniste. Les parents, témoins de cette mécanique, se laisseront eux-aussi guider par les chemins de la monstration. 

La fable va finalement devenir cet espace dans lequel l’enfant va confronter son opinion avec celle des adultes accompagnateurs. 

L’intérêt est de susciter l’envie de s’intéresser au patrimoine moral, à ce rien d’immatériel qui fonde les valeurs de la nation. Les Fables seront toutes mises en scène avec soin dans cette perspective.

comédiens

techniciens

Maquettes

jauge

Exposition

Heureusement, l’un des animaux, Dame Souris, a collectionné de nombreux souvenirs dans sa Grange et si le fieffé filou a touché à presque tout, il n’a pas pu mettre la main sur ces souvenirs-là qui sont donc les seuls intacts à demeurer dans le monde des fables. Si Dame Souris accepte d’ouvrir sa grange aux enfants, ils auront un point de référence et pourront ensuite traquer les erreurs dans le monde des fables. Et c’est ce qui arrivera. Les enfants iront consulter l’exposition de Dame Souris pour connaître les vraies fables avant d’aller rencontrer les autres animaux. Auprès de chacun d’entre eux, les enfants raviveront leur mémoires et décèleront toutes les petites erreurs qui se sont glissées dans leurs histoires. Dans le même temps, ils devront être attentifs à tous les indices de la présence du coupable disséminés sur le site.

Du « Corbeau et le renard » au « Lièvre et la tortue » ils découvriront chacune des fables de la Fontaine à travers une exposition en pâte à modeler à hauteur d’enfant.Grâce à des ambiances de lumières, les visiteurs découvriront les personnages, les lieux et les morales du poète éducateur. Cette exposition ne s’adresse toutefois pas uniquement aux seuls enfants, elle s’adresse également aux parents. Elle se veut être un espace ludique et pédagogique où l’on réinterroge collectivement notre rapport à la morale républicaine sans parti-pris idéologique ni posture dogmatique.
C’est ensemble, dans la patine de ce patrimoine immatériel que nous modèlerons la pâte de ce corps social malmené par l’effritement du bon sens “delafontainien”.

A côté donc de chaque maquette, les jeunes visiteurs trouveront un panneau contenant :La fable intégrale tirée du recueil de Jean de la Fontaine.Une rubrique « Moralité » donnant un éclairage nouveau et porteur d’un sens commun amenant de la cohésion entre les individus.Des questions ludiques et interactives pour s’amuser et initier le débat en groupe.

NOTES D’intention

La forme

Le projet artistique des Trombinoz’Notes intégrant le conteur Chyc Polhit traite des fables de La Fontaine tout particulièrement parce que cet auteur a été au croisement du passage de la morale religieuse de son temps à celle du siècle des lumières qui à précédé la République. Hors ces fables font parties du bien commun et représentent un patrimoine immatériel pour lequel le travail des artistes propose une médiation avec un public contemporain plus éloigné de ce bon sens populaire laïc. Ce travail peut également intéresser les enseignants des écoles élémentaires proches d’autant plus que le Ministère de l’Education Nationale tend à promouvoir les actions de promotion de la lecture sur la base de ce type de travail.

comédiens

techniciens

minutes

jauge

NOTES D’INTENTION

Les personnages

DAME CIGALE

C’est la diva du monde des fables. Elle a besoin d’être vue, d’être entendue. Sa voix est son bien le plus précieux. C’est la star. Mais sa dernière aventure avec la fourmi lui a enseigné un peu plus d’humilité. Aussi a-t-elle acquise des qualités de service et d’empathie qui nous la rende plus sympathique. 

Maître Corbeau

Vexé, de sa dernière aventure avec Renard est parti de par le monde afin d’apprendre à parler plus à-propos. Il s’est promis de devenir plus sage. Il a donc fréquenter les conteurs et fabliaux de mille endroits. Enrichi des nombreux contes et histoires, il dispense cette sagesse nouvelle avec beaucoup de générosité. Ce statut de sage lui confère une place à part, ambassadeur de la Fontaine au sein du monde des fables. Il est le seul à qui la Fontaine confie des connaissances particulières à la frontière entre leurs deux mondes. 

 

Dame Souris

Timide et craintive, collectionne toutes les choses abandonnées. Elle observe en secret, sait des choses mais n’ose que peu parler. Elle préfère agir de ses mains avec vivacité et précision pour délivrer ses connaissances. Son empire, c’est sa grange. Elle la quitte très peu parce que dehors tout est terrible. Mais chez elle, tout est ordonné, à sa place. Elle connaît et maîtrise son univers. C’est elle la dépositaire de la juste mémoire

 

SIRE LOUP

C’est un vagabond maigre et frêle. Constamment affamé, à la recherche perpétuelle de nourriture, il n’a pas bonne mine mais est plus à plaindre qu’à craindre. Il chérit plus que tout sa liberté mais découvrira au sein du monde des fables que l’amitié est préférable à une liberté solitaire. Il a un côté sauvage et maussade mais au fond, il souffre surtout de sa solitude et peine à se faire des amis à cause de sa maladresse et de sa bougonnerie. C’est le râleur du monde des fables, mais un râleur que l’on sent être au grand cœur. Il suffit d’en trouver le chemin.

DAME CHAT

Elle est sauvage, libre, indépendante. Elle aime à se prélasser au soleil. Avec son accordéon, elle chante à la lune et connaît tous les instruments du monde des fables. Elle dirige l’orchestre de Dame Cigale. Si elle peut être rétive avec les plus grands, elle est très câline et douce avec les plus petits qu’elle prend volontiers sous sa protection et gare à qui leurs voudrait du mal. 


 

SIRE OURS

C’est un gai luron, un bon vivant. Toujours prêt à fanfaronner et à s’amuser, c’est un peu le clown du monde des fables. Il cherche la compagnie, aime rire et chanter. Parfois un peu lourdaud et maladroit, son grand cœur le fait apprécier de tous. 

 


Témoignages et soutiens

Ils ont aimé

Médiathèque à l’heure africaine palliatifs

VIGNEULLES-LÈS-HATTONCHÂTELLE

Durant plusieurs semaines, dans les locaux de la médiathèque intercommunale du Pays de Vigneulles, s’est tenue une exposition ayant pour thème le continent africain. Dans la continuité de cette exposition, Chyc Polhit, poète et conteur d’origine gabonaise mais qui réside en Meurthe-et-Moselle, est venu présenter un spectacle au cours duquel il a raconté la merveilleuse histoire d’une petite tortue.

Chyc Polhit qui a pour habitude d’exercer son talent auprès des jeunes et des personnes en situation de handicap reprend dans ses spectacles les contes africains qui ont bercé son enfance pour susciter la réflexion auprès de son public. Dans la salle archi-comble, il y avait bien entendu de nombreux enfants, mais qui aurait pu penser que l’affiche attirerait aussi d’autres spectateurs un peu moins jeunes, notamment celles et ceux qui fréquentent régulièrement la médiathèque.

Durant plus d’une heure, Chyc Polhit, pour qui les mots sont des offrandes lancées au cœur de ses interlocuteurs, a captivé son public avec sa voix et ses mimiques désopilantes.

 

Retour vers les rêves d’enfants

PAGNY-SUR-MOSELLE



Cette rencontre avec le public s’est faite à l’initiative de la mairie et par l’intermédiaire de la bibliothécaire Anne-Sophie Cantamaglia. Le conteur a fait voyager les spectateurs à travers leurs rêves d’enfants. Chyc Polhit est défini par Anne-Cantamaglia comme un magicien. À travers son humour et sa gestuel, il a rapidement tenu les spectateurs en haleine, les entraînant dans un spectacle drôle et plein de couleurs. Celui des aventures de la petite tortue Bayagagogo. Il est convaincu que les contes peuvent amener les gens, de tous âges et de toutes origines, au bonheur des choses simples. Ce conteur apprécie tout particulièrement partager sa passion avec le public.

Le conte de la tortue

MESSEIN

Chyc Pohlit était l’invité de l’association « Loisi’Lire » pour raconter aux enfants accompagnés d’adultes le conte de la tortue « Babayagogo » à qui il est arrivé bien des aventures.C’est devant un public de jeunes venus en nombre et d’adultes très concernés par ce spectacle d’une durée d’une quarantaine de minutes, que le conteur africain a su enthousiasmer les enfants en les faisant participer activement aux aventures de la tortue, un accompagnement haut en couleur et très bruyant. Les enfants n’en demandaient pas tant.Malgré une fin tragique de cette tortue, confrontée à une baleine, mais aidée par un éléphant, les enfants en voulaient encore.Un après-midi très divertissant, que tous ont apprécié. Les bénévoles de l’association semblaient satisfaits devant une assistance fournie, la qualité du conteur et surtout la bonne participation des jeunes au cours du spectacle.
Source: http://www.estrepublicain.fr/loisirs/2011/11/09/le-conte-de-la-tortue

Est républicain

ESSEY-LES-NANCY | 14/12/2012

Chyc Polhit n’a pas son pareil pour raconter des histoires. Mais bien avant de commencer son spectacle, il s’agit pour le conteur, aux origines africaines, de planter le décor. Comprendre installer un paravent aux couleurs bigarrées comme fond et s’entourer d’un arsenal d’instruments de musique avec les incontournables percussions comme le veut la coutume !

En face de Chyc Polhit, les enfants, confortablement installés dans la grande salle de la Maison des associations, attendent avec impatience les trois coups…

Pour la jeunesse asséienne, la lecture contée est le rendez-vous mensuel à ne pas manquer avec papa ou maman et même sans ni l’un, ni l’autre, pour les marmots qui fréquentent le centre de loisirs.

En ce deuxième mercredi de décembre, le très jeune auditoire a eu droit à une belle histoire amusante intitulée « Noël sous les bananiers ».

Avec sa gestuelle et ses bonnes paroles, Chyc Polhit a bien fait rire la salle qui n’a pas manqué d’applaudir cette prestation enchanteresse. Nul doute que les enfants ont aimé son côté Chyc !

 

Contact

contact@trombinoznotes.com
06 51 61 36 56
148, rue Gabriel Péri 54500 Vandoeuvre

10 + 12 =